Project Zomboid mal piratés

Mais cette fois, ce n’est pas la diffusion sur BitTorrent qui a tué le jeu de l’éditeur, mais le fait que les pirates aillent directement se servir sur les serveurs de l’éditeur, aussi bien pour télécharger le jeu que pour le mettre à jour. « Ce système de mise à jour automatique (mis en place par les pirates, NDLR) nous met dans une situation difficile. Nous avons un système de distribution par le cloud, qui copie les fichiers partout dans le monde et les fournit aux joueurs sur demande, ce qui signifie que nous sommes facturés pour chaque téléchargement du jeu », explique-t-on chez Indie Stone.

Pour l’éditeur, qui a été obligé de retirer temporairement son jeu de ses serveurs, tout cela aurait pu être évité si les pirates s’étaient servis de BitTorrent pour diffuser les versions crackées et ses mises à jour, ce qui n’aurait rien coûté aux développeurs. Pour autant, les développeurs n’ont aucun ressentiment face au piratage, et ne demandent pas aux joueurs d’arrêter de cracker les versions de son jeu

Trop fort, franchement le plus simple serais de faire un système de paiement par volontariat, il n’empêche que le pragmatisme des auteurs et développeurs du jeux est extra, continuez les mecs… en tout cas, faut que je pense a tester le jeux lol !!!

source : info du net.

Microsoft recrute un hacker de 14 ans

Un jeune irlandais de 14 ans fait désormais partie des plus jeunes recrues de Microsoft. Il s’est fait remarquer par l’éditeur après avoir piraté le jeu Call of Duty : Modern Warfare sur Xbox 360, et réussi à envoyer un message d’alerte à plusieurs millions de joueurs simultanément.

Après que le jeune homme a attaqué son réseau de jeu, Microsoft a donc décidé de le retrouver pour l’aider à « développer son talent pour la bonne cause », plutôt que d’envisager des poursuites judiciaires, qui n’iraient sûrement pas bien loin envers un mineur. De plus, l’éditeur craignait, selon le site IrishCentral.com qu’une telle attaque ait pu avoir des répercutions plus graves sur les 77 millions d’utilisateurs qui auraient pu être concernés, et que des données confidentielles aient pu être mises en danger.

Cet exemple de Microsoft travaillant avec un hacker qui vient d’attaquer son système de jeu rappelle à certains comment Sony a choisi la stratégie inverse, en attaquant en justice George Hotz, hacker à l’origine du jailbreak de la PS3, pour au final voir son PSN mis hors de service par des hackers pendant plusieurs semaines. C’est lors d’une conférence donnée lors de la « Bank of Ireland Business Week » que Microsoft a annoncé travailler avec ce jeune hacker.

source : Tom’s Guide.

Les DRM ralentissent les jeux vidéo ?

Vive les DRM (ironique) affin de préserver la copie de certains jeux ou programmes, l’incrustations de DRM bloques les copies privées ( 1er point illégal ) et de surcroit, font perdre de la puissance… de la compatibilité, son wma pas copiable, sur son lecteur mp3 favori, au final pourquoi s’étonné de voir des pratique illégal car les fichiers et programme sans protection marche mieux…

Les logiciels et formats libre ont donc de très beaux jours devant eux…

Illustration : Le jeu PC The Witcher 2, comme beaucoup de titres de sa génération, comprend une mesure technique de protection (DRM) qui empêche notamment de la copie et le piratage du jeu. Pourtant, une mise à jour récente de ce jeu, qui a pour effet de désactiver ledit DRM, montre que ce dernier nuisait considérablement aux performances du jeu.

Voilà qui devrait ajouter de l’eau au moulin des détracteurs des DRM, qui ont déjà de nombreux arguments dans leur besace pour pousser à l’abandon de ce système de protection. Plusieurs tests ont été effectués sur The Witcher 2 depuis l’arrivée de cette mise à jour qui permet d’en retirer le DRM. Les résultats sont sans appel, puisque sur une même machine, le jeu passe d’un temps de lancement de 41 secondes à seulement 9 secondes. Pire encore, le taux d’images par seconde (framerate) maximum en plein jeu passe alors de 43 à 73.

source : Tom’s Guide.

Humble Frozenbyte Bundle, un lot de cinq jeux dont vous fixez le prix

Créée le 5 mai 2010 par Wolfire, une entreprise axée sur le développement de jeux vidéo mutliplate-forme, l’opération Humble Bundle a pour but de promouvoir plusieurs jeux réalisés par des développeurs indépendants qui tentent de porter leurs jeux sur les principaux systèmes d’exploitation. Quelques mois après la première édition puis la deuxième, le principe reste le même : aucun prix n’est fixé pour ce pack de jeux, l’acquéreur étant libre de reverser 0,01 $ ou bien plus.

Cinq jeux indépendants

Pour cette édition, Humble Bundle a décidé de mettre en avant le studio finlandais Frozenbyte. Fondé en 2001, le groupe ne cesse de s’accroître puisqu’il compte aujourd’hui une vingtaine d’employés et a, pour le moment, à son actif 3 jeux vidéo. Ceux-ci sont donc inclus dans le pack Humble Frozenbyte Bundle, ainsi que deux autres de leurs jeux.

  • Shadowgrounds (Windows / Mac / Linux) : Lancé en 2005, Shadowgrounds est le premier jeu commercial de l’équipe. Il s’agit d’un jeu de tir futuriste qui se déroule dans l’espace, sur Ganymède, en 2096. Le héros, que le joueur incarne, est un mécanicien, chargé d’assurer la survie de l’espèce humaine en combattant divers aliens grâce à des armes et des outils qui peuvent évoluer au fil du temps. Shadowgrounds peut être joué en mode multijoueur (limité à 4) ou tout seul. Vous trouverez plus d’informations, des critiques et des aperçus ici.
  • Shadowgrounds Survivor (Windows / Mac / Linux) : Créé en 2007, ce jeu fait office de suite à Shadowgrounds. Le scénario se déroule donc dans la même atmosphère, mais l’histoire a néanmoins légèrement évolué, puisqu’il s’agit désormais d’aider trois survivants qui ont décidé d’aider les derniers humains dans leur résistance. Vous trouverez plus d’informations, des critiques et des aperçus ici.
  • Trine (Windows / Mac / Linux) : Jeu de plates-formes publié en 2009 qui se déroule dans une atmosphère médiévale-fantastique, Trine mêle action et réflexion. Trois héros, survivants dans un royaume où règnent le chaos et la magie noire, sont liés par un artéfact et doivent évoluer ensemble, en utilisant leurs dons, dans 15 niveaux regorgeant de pièges et d’ennemis. Trine peut être joué en mode multijoueur (limité à 3) ou en mode solo. Vous trouverez plus d’informations, des critiques et des aperçus ici.
  • Splot (Windows / Mac / Linux — pré-commande) : Encore en développement, ce jeu est inclus dans le pack en tant que pré-commande, c’est-à-dire que si vous achetez le pack, vous recevrez ce jeu dès qu’il sera disponible. Comparable à un conte de fées, Splot semble être un jeu d’arcades, dans lequel des personnages sympathiques sont amenés à connaître une aventure imaginaire.
  • Jack Claw (Windows — prototype) : Resté jusque-là secret, ce jeu est un prototype que Frozenbyte n’a jamais eu la chance de finir, faute d’ambitions et de moyens, mais qui est cependant fonctionnel. Jack Claw est disponible seulement sous Windows à l’heure actuelle mais le code source est inclus dans le pack, pour ceux que ça intéresserait. Il s’agit d’un jeu d’action se déroulant dans un cadre urbain, avec un héros aux pouvoirs étonnants.

Ces jeux sont dépourvus de verrous numériques et, en achetant ce pack, vous avez également la possibilité d’obtenir un coupon pour y jouer via Steam, Onlive et Desura, pour les jeux compatibles.

source : Le site du Zero.

Un étudiant développe un programme de capture de mouvements, Predator est sous licence GPL et ne demande qu’une Webcam

Un étudiant développe un programme de capture de mouvements
Predator est sous licence GPL et ne demande qu’une caméra

Un étudiant de l’Université de Surrey au Royaume-Uni est en train de développer un système permettant de suivre n’importe quel objet en mouvement avec une simple Webcam.

Zdenet Kalal met ce projet au point dans le cadre de sa thèse de doctorat. Le programme qu’il a conçu peut suivre en temps réel toute forme en mouvement qui apparaît à l’écran. Le programme est capable par exemple de suivre l’œil d’une personne comme le montre cette vidéo de démonstration.

Le programme, baptisé Predator, s’appuie sur un algorithme d’apprentissage automatique TDL (Tracking Learning Detection) également développé par l’universitaire.

Pour suivre un objet, l’utilisateur doit tout simplement définir un cadre englobant l’image de l’objet en question. L’algorithme d’apprentissage TDL va apprendre rapidement et générer un modèle de l’image qui sera ensuite utilisé pour détecter et suivre en temps réel l’objet lorsqu’il est dans le champ de la caméra. Si l’objet le quitte, TDL arrête de suivre l’objet. S’il revient, le programme peut reprendre automatiquement le suivi de celui-ci.

La démonstration de Predator et l’algorithme qu’il utilise sont actuellement distribués gratuitement sous licence GPL. La technologie peut être implémentée dans plusieurs systèmes, comme dans Google Search Images par exemple.

Elle pourrait se poser également comme un concurrent à Kinect, le capteur de mouvement de Microsoft, pour certains usages 2D.

Elle montre en tout cas que les interfaces dites naturelles, ou NUI (Natural User Interface), se démocratisent et que leur montée en puissance se confirme.

Téléchargez la démo de Predator

Le code source est disponible sur cette page

Source : Page du projet